Share Button

15/jan/2016

En Corée du sud vous pouvez louer sans payer de loyer




Depuis le XIXème siècle la Corée a développé un système de location unique, où il est possible de signer un bail sans payer de loyer, mais simplement en versant un capital au propriétaire à l’arrivée dans le logement.

Mais comment ça marche exactement le « jeonse »?

gangnam séoul

Gangnam, le quartier le plus riche de la ville.

Le principe du « jeonse » est tout simple, au moment de la signature du bail, le locataire verse une somme d’argent correspondant à un pourcentage de la valeur totale du logement.

Le bail dure généralement deux ans, au terme de cette période, soit vous restituez le logement et le propriétaire vous rend votre dépôt initial, moins les éventuels frais liés aux travaux de rénovation, soit vous complétez votre dépôt en fonction de l’évolution du marché de l’immobilier. Cette formule ingénieuse permet aux foyers, après quelques années, de devenir propriétaire en court-circuitant les réseaux bancaires et les prêts immobiliers.

Les propriétaires aussi gagnants ?

Oui, mais de moins en moins.

Le « jeonse » est aussi une formule intéressante pour les propriétaires, car ils profitent d’une grosse somme d’argent au départ, il peut alors soit faire fructifier l’argent en le plaçant, et profite des intérêts, soit il l’utilise pour investir dans des nouveaux biens.

Mais le « jeonse » est très dépendant, non seulement du contexte économique mais aussi du marché de l’immobilier.

Je m’explique,  dans une économie florissante la somme de dépôt réclamée par le propriétaire est faible, pour exemple dans les années 1990, l’économie coréenne connaît une forte croissance, les différents placements sont alors très rentables, à tel point que le dépôt du « jeonse » est en moyenne à 40% du prix total, aujourd’hui avec le ralentissement économique il n’est pas rare de voir des propriétaires qui demandent un dépôt atteignant jusqu’à 100% du prix du bien.

immobilier séoul jeonseForte spéculation et ville chère

De plus la formule commence à atteindre la limite spéculative

Mécaniquement le « jeonse » entraine une spéculation du marché immobilier, qui finalement intéresse tout le monde au début, mais aujourd’hui Séoul est l’une des villes les plus chères au monde, et la croissance économique du pays n’est pas suffisante, la ville commence donc à atteindre sa limite spéculative, générant une situation bien moins avantageuse pour les propriétaires.

En 2014 le « jeonse » est malgré tout encore très populaire en Corée, où il séduit près de 60% des jeunes couples, mais d’autres formules existent comme le « weolse » ou le « kalse ».

Il n’est cependant pas certain que la population coréenne soit séduite par les systèmes de locations occidentaux, pour elle payer un loyer tous les mois reste du gaspillage, c’est un peu vrai quand même.

Les nouvelles formules

Le « weolse » est assez comparable à la location classique en France, avec quand même une nuance, la caution reste très élevée, généralement elle correspond à un an de loyer.

Le « kalse » pas très populaire, il consiste à payer le loyer pour toute le durée du bail dés votre emménagement.

 

Une réponse

Laisser un commentaire