Share Button

 03/fev/2016

Jeju paradis des véhicules électriques.

L’objectif de Jeju est de devenir le premier territoire au monde sans moteurs thermiques, et le programme « Zéro CO² » bouleverse l’organisation du système électrique de l’île

jeju l'île 100% électrique en 2030

 

D’ici 2030 la totalité des véhicules de l’île devront être électrique.

voilà l’ambitieux objectif que le gouvernement a lancé à Jeju. Le programme « zéro CO² » lancé en 2012 permet aux particuliers de bénéficier d’aides financières venant du gouvernement, parfois pour plus de la moitié du prix du véhicule,  ainsi que la mise en place gratuitement d’une borne de recharge privée.

Grâce à ce programme l’île possède déjà près de 800 stations de recharge privées, mais seulement 17 bornes publiques, un chiffre encore trop faible pour convaincre les touristes de s’orienter vers une location de véhicules de type électrique plutôt que thermique, mais les massifs investissements devraient rapidement résoudre le problème.

Le plan « zéro CO2 » développe une vision plus globale du réseau électrique le « smart grid« , où les véhicules s’intègrent dans le réseau et où l’apport d’électricité est issue des énergies renouvelables, c’est le principe du réseau dit « intelligent ».

Étape indispensable afin d’éviter de mettre une vaste flotte de véhicules électriques, soigneusement rechargés grâce à de l’électricité provenant de centrales thermiques (alimentées en charbon) et fortement émettrices de CO2, ou pire encore, directement issue d’une centrale nucléaire.

Source. TRANSPORTEZ MOI – La fée électricité par LCP


Jeju l’île paradisiaque coréenne aux ambitions écologiques.

Les îles sont souvent dépendantes en matière d’énergie. À Jeju, on a tranché: tout sera vert et intelligent pour 2030.

Jeju-do

Jeju est une petite île au sud de la Corée du sud et très prisée des touristes asiatiques. Mais cette petite île d’un peu plus de 1 840 km2 pour environ 600 000 habitants, outre qu’elle est très courue pour les voyages de noces, a également des ambitions clairement affichées en matière d’énergies renouvelables.

Île «zéro carbone»

« D’ici 2030, notre objectif est de faire de Jeju une île où l’intégralité du parc automobile sera électrique.» C’est le représentant sud-coréen Chan-Won Lee qui est au micro. Et devant la salle comble de la Conférence internationale sur le climat qui se tient dans le domaine Mogaillard, sur l’île de la Réunion, l’expert tient des propos sensés. «Depuis quelques années, l’île de Jeju a entamé une politique volontariste en matière de développement des énergies renouvelables, sous la houlette des autorités sud-coréennes. Notre but? Devenir une île zéro carbone.»

Parallèlement au développement vitesse grand V des éoliennes, du photovoltaïque et des énergies marines, l’île a également testé, avec succès, un système électrique intelligent de 2009 a 2013, soit un système optimisant la consommation électrique tout en réduisant la facture. D’environ 10 à 15% selon des premières estimations.

300 stations de recharge en place

Et la voiture dans tout ça? «L’île compte plus de 320 000 véhicules dont la plupart utilisent des carburants d’origine fossile. Ce n’est ni écologique, ni rentable…» Non, car la Corée du sud importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques et, d’autre part, la Corée du sud est également un des plus gros émetteurs de CO2 .

«Cela doit changer… D’ici 2020, toute l’île sera sous réseau intelligent, ajoute l’expert sud-coréen en appuyant son discours par de multiples clichés de Jeju. Et en 2030, le parc automobile sera entièrement électrique. Aujourd’hui, plusieurs milliers de voitures le sont déjà. Et l’île est d’ores et déjà équipée de plus de 300 stations de recharge dédiées aux voitures électriques. Tout cela est appelé à se développer. En 2020, 94 000 voitures seront électriques pour arriver ensuite à 320 000 en 2030. Nous y arriverons…»

Et l’île de Jeju n’est pas la seule île de la région à se convertir à l’énergie verte.

La voisine s’y met

La toute aussi connue île de Gapado, proche de Jeju, a elle aussi entamé une «révolution verte». Et aujourd’hui, elle est quasi autosuffisante en énergie.

D’accord, c’est sans doute un peu plus simple quand on sait que Gapado affiche une superficie de moins de 11km2 et qu’elle accueille une population de 300 habitants. Mais tout de même. Ils l’ont fait…

Laisser un commentaire