Share Button

worlds_winner_article

Fav_3_18Un article d’Orikrin1998

 

 

Les championnats du monde de League of Legends, qui ont commencé le 1er octobre et dont la finale s’est déroulée le samedi 31, ont permis à la Corée de montrer une fois de plus qu’en eSport, c’est elle la plus forte.

League of Legends, LoL pour les intimes, est un MOBA : un jeu vidéo d’arène où s’affrontent deux équipes de cinq joueurs dont le but est de détruire la base adverse. Apparu en 2009, il fut immédiatement un grand succès dans son genre. Il compte aujourd’hui des dizaines de millions de joueurs et il est le mieux placé des MOBA sur la scène de l’eSport, le « jeu professionnel ». Les championnats du monde de l’année dernière ont poussé plus de 30 millions de spectateurs derrière leurs écrans.

Lee Sang-hyeok, connu sous son pseudonyme de jeu "Faker", est considéré par beaucoup comme le meilleur joueur de ces championnats.

Lee Sang-hyeok, connu sous son pseudonyme de jeu « Faker », est considéré par beaucoup comme le meilleur joueur de ces championnats.

En ce mois d’octobre, ce qui a intéressé les joueurs, ce n’était pas tant de jouer que de regarder les championnats du monde. Les matchs de poules se sont joués à Paris les deux premiers week-end (attirant 25 000 fans, selon les organisateurs), suivis des différentes étapes de la phase finale à Londres, Bruxelles et Berlin. L’année dernière, l’équipe coréenne Samsung White avait remporté le trophée chez elle, puisque la finale se déroulait à Séoul, et pas question pour les équipes professionnelles coréennes de se laisser faire en Europe cette année.

En phase finale, c’est sans grande surprise qu’on retrouve trois équipes coréennes (Koo Tigers, SK Telecom T1 et KT Rolster) sur les huit encore en lice. Seulement deux sont européennes, et à l’étonnement général, les équipes américaines ont toutes été éliminées en phase de groupe. Et si l’équipe des KOO Tigers crée l’évènement en se qualifiant pour la demi-finale puis la finale en vainquant successivement les KT Rolster et les favoris européens Fnatic, ce n’était en revanche pas inattendu que la troisième équipe coréenne SK Telecom T1, la favorite de ces mondiaux, se retrouve elle aussi en finale. Et le « cinq matchs gagnant » joué samedi dans la prestigieuse Mercedes-Benz Arena bruxelloise en a décidé : même après avoir concédé leur première défaite de la compétition contre leurs adversaires, les SKT T1 ont remporté leur deuxième coupe du monde, après celle de 2013, sur le score de 3-1.

 

Avec deux équipes sur le podium cette année, un troisième trophée mondial sur les cinq saisons professionnelles du jeu et probablement les meilleurs joueurs amateurs au monde, la Corée n’a pas fini de prouver que l’eSport fait vraiment partie de sa culture.

 

L'équipe gagnante "SK Telecom T1" après sa victoire.

L’équipe gagnante « SK Telecom T1 » après sa victoire.

 

 

 

Share Button

Laisser un commentaire