Share Button

12/mar/2016

Séoul dans le top 10 des villes les plus chères au monde

Le magazine économique The Economist nous révèle le nouveau classement où le coût de la vie est le plus élevé en 2015, et sans surprise Séoul est dans le top 10 mondial

De nombreux critères sont pris en compte, pour commencer la monnaie, ce qui a pénalisé les villes américaines qui font les frais d’un dollar fort. Ensuite, près de 400 prix ont été étudiés dans 160 biens et services de la vie courante (loyers, nourriture, services privés de santé et d’enseignement, transports, loisirs etc…), et Séoul occupe souvent le devant de la scène dans plusieurs secteurs.

Outre l’immobilier et l’éducation, où la capitale est connue pour être une ville occupant traditionnellement les premières places, dans des domaines plus surprenant comme le pain ou le vin elle obtient simplement le titre suprême de ville la plus chère.

Malgré tout n’oublions pas que Séoul est une capitale où les transports, la restauration et les sites touristiques sont eux, assez bon marché, un bon point pour le tourisme.

Séoul

23/jan/2016

Les produits alimentaires importés en Corée, les plus chers au monde

Dans notre feuilleton du coût de la vie en Corée du sud, le nouvel épisode aujourd’hui concerne les produits importés et plus particulièrement dans le domaine alimentaire. Mais précisons que tous les produits importés sont concernés, l’automobile, les produits de luxe (souvent des marques françaises), les vêtements, et même l’électronique comme la « pomme américaine » qui est un produit très apprécié en Corée mais aussi plutôt cher.

Une des explications vient sans doute directement de la culture du pays, les coréens souhaitent simplement le meilleur dans tous les secteurs, pour les enfants, en payant les écoles les plus chères, dans l’automobile où le marché de l’occasion n’existe presque pas, dans l’électronique où les smartphones les plus modernes se vendent comme des petits pains, et bien sûr dans le domaine de l’internet avec le réseau le plus performant au monde.

produit-alimentaire

Le kaki est un fruit populaire et courant en Corée.

Pourquoi un pays producteur propose des produits chers

La Corée produit énormément de biens alimentaires, et exportent beaucoup. Plusieurs raisons à cela…

La première est tout simplement liée aux ressources, l’eau y est abondante malgré les quelques sécheresses de ces dernières années, et les montagnes nombreuses font office de châteaux d’eau, les plaines fertiles sont donc alimentées toute l’année. Ensuite le climat aussi est propice, avec un hiver froid mais un printemps souvent précoce qui permet la culture de fruits parfois exotiques. Par exemple l’île de Jeju est célèbre pour ses clémentines. Et pour finir, parmi les raisons que nous pouvons mettre en avant, indiscutablement le savoir-faire coréen est un vrai atout, citons pour exemple le thé vert coréen (Nokcha),  le ginseng (connu pour être le meilleur au monde) et la viande coréenne (particulièrement savoureuse).

Mais alors pourquoi est-ce cher ?

La production de type intensif, avec des champs immenses et prenant peu l’environnement en compte, n’est pas très développé en Corée ; le relief ne permet effectivement pas aux producteurs de la mettre en place, de plus l’environnement et la nature sont des éléments que les coréens protègent et respectent naturellement dans leur culture ancestrale. L’usage massif et non réfléchi de produits chimiques n’existe pas en Corée.

Cependant le prix élevé des biens alimentaires, surtout en ville, s’explique par le réseau de distribution, pour une fois pas très performant, qui est composé d’un nombre incroyable d’intermédiaires qui appliquent chacun une commission et qui gonfle le prix à chaque étape…le consommateur séoulite au bout de la chaîne paye alors l’addition.

produit-alimentaire-2Le problème de l’importation

A travers le monde la Corée est connue pour son goût envers les produits de qualités. Les pays exportateurs l’ont bien compris et leur proposent simplement, certes les meilleurs produits mais aussi les plus chers, d’autant que le pays qui a connu un fort développement économique possède désormais un pouvoir d’achat conséquent.

Résultat comme nous le révèle l’association coréenne de défense des droits des consommateurs Consumers Korea, le prix du sachet de 800 g de raisins blancs sans pépins Thomson s’est élevé à plus de 7 000 wons (5,8 dollars), soit près du double de son prix aux Etats-Unis, autre exemple le vin Montes Alpha Cabernet Sauvignon 2011 coûtait 39 000 wons en Corée, 71% plus cher qu’aux Pays-Bas, le cinquième pays où ce vin chilien coûtait le plus cher.

L’association des consommateurs démontrent que certains produits présents partout dans le monde sont mêmes plus chers en Corée que dans les autres pays, comme un kilo de poitrine de porc, une tasse de café Americano de Starbucks, un kilo de bœuf importé, des bananes, l’orange américaine, une bouteille de 1,5 litre de Coca-Cola ou même une canette de Heineken.

L’enquête a ainsi montré que la Corée du Sud faisait partie des cinq pays les plus chers pour 31 des 35 produits étudiés.

On se demande quand même si les grands industriels ne profitent pas un peu du nouvel Eldorado coréen.

Source: Yonhap


 

01/oct/2015

Séoul 11ème ville la plus chère au monde.

La capitale Coréenne reste une des capitales où la vie est la plus chère. La banque Suisse (comme par hasard) UBS, révèle dans sa dernière étude que Séoul reste très chère, pour exemple un séoulite devra travailler 18 minutes pour acheter un Big Mac et 57,2 heures pour acquérir un iPhone.

Le classement montre que les villes Suisses (encore eux!) restent en tête des villes chères, avec Zurich et Genève aux deux premières places, devant New-York.

L’analyse qui prend en compte les salaires par rapport aux coûts des biens et des services dans 71 villes à travers le monde, donne une estimation du pouvoir d’achat toute relative, le prix de l’immobilier étant en grande partie responsable du pouvoir d’achat moyen des citadins.

logement corée

 


 

Séoul était connue pour être une ville chère en ce qui concerne l’immobilier,

séoul fruit3

la voici aussi en tête de liste pour les prix de ces aliments de consommation courante.

Pour remédier à ce problème de nombreux accords de libre-échange ont été signés ces dernières années mais visiblement sur le terrain les choses ne changent pas vraiment.

Un rapport de l’association de consommateurs (Consumer Korea), montre que sur les 13 grandes villes de la planète qui ont fait l’objet de cette enquête ( Séoul, New York, Pékin, Tokyo, Berlin, Paris, Londres, Milan, Toronto, Sydney, Madrid, Amsterdam et Taipei.), Séoul arrive en tête avec 35 aliments et boisons, sur un total de 42 testés.

L’américano du Starbucks de Séoul, est simplement le plus cher au monde 4 100 wons (3,78$)

Le vin chilien Montes Alpha, lui aussi, le plus cher au monde se trouve à  Séoul.

La viande est vendue à des tarifs élevés, pourtant le pays est en grand producteur, mais justement les élevages coréens favorisent le développement de races de qualités, à forte valeur ajoutée, mais forcément un peu plus chère.

Neuf variétés de fruits, dont les bananes, les oranges et les cerises, étaient aussi plus chères à Séoul que dans la plupart des autres villes.

«Le pays doit améliorer son système de distribution pour que le consommateur puisse bénéficier des baisses de prix rendues possibles par les ALE et par la baisse des barrières douanières», a déclaré un responsable de Consumer Korea.

seoul fruit 2

 

Share Button

4 Réponses

  1. maxou

    Oui, j’avais moi même quelques doutes, l’industrialisation massive et le manque de place posant problème. En discutant avec les coréens, j’ai compris que la qualité des produits agricoles sont une priorité pour eux et surtout pour les citadins, paradoxalement. Les magasins Nonghyup sont un vrai succès.

    Répondre
  2. Daniel Roy

    Bonjour! Avez-vous une référence pour ce passage :

    « La production de type intensif, avec des champs immenses et prenant peu l’environnement en compte, n’est pas très développé en Corée ; le relief ne permet effectivement pas aux producteurs de la mettre en place, de plus l’environnement et la nature sont des éléments que les coréens protègent et respectent naturellement dans leur culture ancestrale. L’usage massif et non réfléchi de produits chimiques n’existe pas en Corée. »

    Je m’intéresse beaucoup à la question et j’aimerais bien en avoir la confirmation! 🙂

    Répondre
    • maxou

      L’agriculture « bio » et surtout le principe du « direct producteur » avec l’organisme « Nonghyup »
      (https://fr.wikipedia.org/wiki/Nonghyup) est très performant en Corée. De nombreux pays mettent en place des choses similaires, en prenant exemple sur la Corée.
      voici un site qui en parle;
      (http://blog.slate.fr/la-gazette-de-seoul/2013/11/19/vers-un-modele-agricole-coreen-durable-et-equitable/) »Le pays est aujourd’hui leader en matière de production en agriculture biologique au point que la Fédération International des Mouvements d’Agriculture Biologique a établi ses bureaux ici. Et bien que de nombreuses initiatives sont dignes d’être saluées, deux organisations attirèrent particulièrement notre attention : la Korean Women Peasants Association (KWPA) et Hansalim. »

      Répondre
      • Daniel Roy

        Merci pour les liens! Ça confirme assez mon impression des marchés traditionnels en Corée et de la qualité des produits. Et c’est très encourageant de voir qu’un pays pleinement industrialisé peut voir son agriculture traditionnelle survivre et même servir de modèle!

Laisser un commentaire