Share Button

La ville de Séoul a lancé un service de partage de vélos appelé « Ddareungi »

Comme souvent en Corée, quand un projet est mis en place, le pays ne fait pas les choses à moitié : d’ici la fin de l’année, près de 4 600 vélos et 40 kilomètres de voies cyclables supplémentaires sont prévus





Le « Ddareungi« , qui correspond en coréen au nom donné au petit bruit de la sonnette du vélo ddareung-ddareung, est le nouveau service de vélos en libre-service proposé par la municipalité de Séoul. Le développement du réseau part de cinq quartiers, qui ont été choisis pour leurs intérêts touristiques et leurs positions stratégiques : il s’agît de Sinchon, Sangam, Dongdaemun, Yongsan, et le centre de Séoul vers Gwanghwamun.vélo en libre-service de la capitale sud-coréenne Ddareungi.

Depuis le 15 octobre 2015, le Vélib’ coréen, qui propose 2000 vélos en partage, connaît un vrai succès, par forcément évident dans un pays où le vélo est utilisé pour les petites promenades romantiques en amoureux ou en famille. Mais peu à peu il devient une alternative sérieuse aux transports en commun, et surtout à la voiture individuelle qui sature les grands axes de la capitale.

Entre octobre 2015 et février 2016, pas moins de 3800 personnes ont profité des vélos en libre-partage, avec près de 149 000 tours vendus, chiffre très satisfaisant au regard de l’offre encore modeste, et du nombre restreint de stations proposées.

Un moyen de transport encore saisonnier et pour les jeunes

vélo en libre-service de la capitale sud-coréenne Ddareungi

Reconnaissons-le, les hivers sont parfois un peu frisquets dans la capitale du Pays du Matin Calme, pas étonnant donc que les belles saisons concentrent près de 70% de la période d’utilisation sur une année. De plus, si les utilisateurs sont majoritairement des garçons (67%), ils sont aussi jeunes : les loueurs dans la tranche 15-25 ans représentent 40% des usagers, des chiffres finalement plutôt cohérents.

La ville souhaite maintenant convaincre les touristes, c’est pour cela qu’elle met en place actuellement « un tour touristique » passant par les quartiers de Cheonggyecheon, Insadong, Bukchon… qui regroupe les principales attractions touristiques de la ville.

En 2016, des offres plus variées, plus adaptées et toujours aussi peu chères

Lors de sa « mise en circulation », le « Ddareungi«  ne proposait pas beaucoup d’options. Le vélocipède devait retrouver une station après une heure d’utilisation, assez logique vu le réseau disponible, mais progressivement l’offre s’élargit, et aujourd’hui le prix de base de 3000 won (soit 2,30€), vous permet d’utiliser votre vélo pendant 2 heures. Plus d’informations ici.

Plus de voies cyclables et plus de sécurité

vélo en libre-service de la capitale sud-coréenne Ddareungi

Afin d’assurer une meilleure fluidité, la ville de Séoul va construire près de 37 kilomètres de voies cyclables supplémentaires, réparties en plusieurs tronçons permettant de relier les différents quartiers qui proposent le service de partage de vélos. En outre et toujours dans le but d’améliorer l’intégration du vélo dans la métropole, 1092 installations structurelles sont programmées, comprenant la signalisation (feux, panneaux…) et l’ajout de bandes rugueuses par exemple.

Un vaste projet qui fera de Séoul, à l’image des villes occidentales, une mégalopole où la voiture n’est plus la bienvenue. Notre bonne vieille bicyclette, autrefois ringardisée et souvent considérée, en ville, comme une chicane mobile errant dans un flux de véhicules « modernes » et motorisés (pourtant bruyants et polluants), redevient tout simplement un objet tendance à la mode. Eh oui papi.

Ddareungi-5

Laisser un commentaire