Et si l’homme devait obéir aux lois de la nature…
bouddha lois de la nature

Et si l’homme devait obéir aux lois de la nature…

Mardi 17 mars 2020 (début du confinement) Jour 1

Jour 6:

Hier, l’Homme riche de ses valeurs matérielles, semblait vivre une existence paisible. Baignant dans un univers d’objets autant futiles qu’inutiles, mais justifiant ses dures journées de labeurs. « Le citoyen doit gagner de l’argent pour le dépenser », triste réalité d’un capitalisme régnant sur le peuple soumis au diktat des finances mondiales.

Pourtant, cette mondialisation galopante n’était pas sans effets secondaires. Les crises financières, la destruction de l’environnement, les inégalités… et j’en passe.

Vous n’étiez pas au courant ? Pourtant si, tout le monde croise les photos d’une nature en souffrance, d’animaux disparaissant comme neige au soleil (de toute façon il n’y a plus de neige).

La Malaisie a, selon Greenpeace, importé autant de déchets plastiques l'an dernier que les États-Unis n'en exportaient. (Source : Christopherteh)

Mais bon, nous ne pouvons pas faire grand-chose, à part vivre au fond des bois en mangeant des racines, et encore il y aurait trop de monde dans la forêt.

Aujourd’hui, nous avons notre liberté de penser, de voter, de voyager, ah ben non, nous n’avons même plus la liberté de sortir de chez nous. Pour acheter un simple rouleau de papier toilette, je dois sortir mon glaive et affronter mon voisin pour lui soustraire le fond de son chariot.

Déjà une semaine de tristesse et de désolation, le confinement ne m’autorise plus que des balades en grand magasin, pour acheter des pâtes introuvables.

Enfermé chez soi, en gardant notre frustration de personne inutile. La seule chose que je sais faire, partager éventuellement le virus, avec le gars à qui j’ai piqué le papier toilette. Pourtant des gens travaillent encore, ils font 35h en trois jours et comble de l’histoire, ils s’exposent aux malades touchés par le virus. Cette situation nous montre encore une fois le paradoxe, de notre société moderne.

Il y a quand même quelques fiertés.

Tout d’abord comme simple parent, nous devons affronter nos bambins. Chose nouvelle les parents s’occupent de leurs enfants, très étrange comme truc. Alors là vous regrettez soudainement que votre fiston ne soit pas un geek expérimenté. A 10 ans déjà 5 ans d’expérience en FIFA18, vous êtes sauvé, il tiendra largement 10 heures par jour devant l’écran.  

Pour ceux qui ont joué la carte

-du sportif, c’est mort ils te ramènent le virus le 2ème jour-

-la lecture, une fois la bible terminée ça commence à être tendu- Universalis (j’ai pas tenté Amazon ne me livre pas)  

-la cuisine, après trois jours et six gâteaux tu ressembles au bibendum Michelin-

-Little Pony avec un bon casque tu peux tenir une semaine-

Cerise sur le gâteau, il faut devenir prof. Bon alors comment expliquer à ta fille un problème de math, que tu n’as pas pigé depuis 25 ans.

Moi j’ai quelques astuces.

-Tu peux te fâcher sans raison en argumentant que tes enfants ne font aucun effort pour comprendre ton explication. Explication totalement fausse mais si vous parlez très vite en utilisant des mots compliqués ça peut marcher. Si en plus de rage tu jettes le bouquin par la fenêtre tu gagnes une semaine.

-Tu peux mettre en avant ton côté dinosaure, « à mon époque » les méthodes n’étaient pas les mêmes. Si tu es très convaincant, il est même possible de dire que certaines matières n’existaient pas. « La géométrie a été inventée dans les années 2000, il me semble ». Attention pour les couples, le conjoint est souvent un traite.

-Méthode hyper efficace, lourdement féliciter votre conjoint quand il fait l’école. Si vous avez la chance que votre mari (ou votre femme) possède un ego surdimensionné, il ou elle peut prendre son rôle au sérieux.

Sinon il y a aussi le programme des profs, avec les petits mails quotidiens afin de contrôler votre assiduité. En plus il y a des liens internet, tellement pratique, de mon côté j’ai un abonnement spécial à la page « erreur 404 ».

https://i2.wp.com/www.optimoz.fr/wp-content/uploads/2018/05/404-not-found-error-.jpg?resize=533%2C279&ssl=1

Je vais terminer ici mon récit du jour, mais comme je n’ai pas grand-chose à faire je vais revenir. Et pour de belles aventures je vous le promets, je ne manque pas d’idées.

Désolé mais je dois affuter mon glaive pour demain, et oui la liste de courses vient de tomber sur mes jambes inertes.

Demain mon programme est « hyper chargé »,

Laisser un commentaire