Un retour aux racines… des plantes vertes.

Un retour aux racines… des plantes vertes.

Jour 7

5h50 : brillant dans l’obscurité de la chambre endormie, mon réveil m’indique tristement ma fin de nuit. Mon petit copain du matin est au chômage partiel depuis une semaine, il me croit en vacances je pense. D’ordinaire à 5h50 je suis en panique, la brosse à dents dans une main, la biscotte dans l’autre.

Mais ce matin, rien de tel, il est bien trop tôt pour le frêle programme qui s’annonce. L’humeur est massacrante, le moral aussi pâle que le lever du soleil. J’énumère dans ma tête les grandes priorités du jour.

– Affutage de mon glaive pour aller aux courses

– Voler du papier toilette à un voisin sur le parking du grand magasin le plus proche et…c’est tout…

Après une bonne douche, la première depuis 10 jours (je ne vois pas le problème mon odeur n’incommode personne), je me lance, mon glaive à la main.

Et ça commence mal, ce qui me sert d’engin de locomotion est introuvable. Je commence à me demander si je n’ai pas oublié un paquet de papier toilette sur les sièges arrières, et avec la valeur marchande de ce produit en ce moment je peux être inquiet.

Finalement après une balade interdite de plus de 1km (confinement oblige je suis hors-la-loi), je retrouve mon carrosse et je pars me ravitailler.

Ravitaillement effectué, il est 10h, et sur ma Todolist j’ai déjà tout barré.

Il me reste à trouver un programme pour le reste de cette magnifique journée de m….

Si j’ouvrais mon mur Facebook, certainement pas, je suis déjà enfermé entre quatre murs depuis dix jours à écouter « The wall » en boucle.

Euréka dans les moments difficiles il faut savoir faire un « retour aux racines » des plantes vertes.

J’ai une grosse envie de verre, (non pas celui-là), de vers, (non plus), de vert végétal… Il faut suivre un peu.

Les plantes voilà un bon et beau relaxant, aussi molle et lente que moi en ce moment et pâle comme mon teint.

Tout d’abord l’arrosage, les pots commencent à flotter dans leurs coupelles et il y a des larves de grenouilles entourées de têtards, donc je pense que je peux m’arrêter là. Mes plants de tomates sont devenues mes nouveaux amis, je regarde les fleurs, je compte les fleurs, je chante des chansons, j’étudie la croissance du plant centimètre par centimètre.

A partir d’aujourd’hui je vais donc partager avec vous, la croissance de mes nouveaux amis.  Pour l’instant je dois bien le reconnaître, les photos ne sont pas formidables, mais comme les fleurs ne mesurent que quelques centimètres je ne peux pas bien faire mieux.

Comme la verdure ne s’arrête pas aux plants de tomates et que je suis super sympa, je vous présente en exclusité les autres amis de notre bande.

Vous pouvez remarquer la technique de la prise de photos en mode macro, tout un art.

Cet article a 0 commentaires

  1. Lyannaz

    Sympa ton article du jour Maxou 😉

Laisser un commentaire